Face aux enjeux actuels, nous nous sentons tous invités à nous transformer et à transformer nos organisations. Il ne nous suffit plus de faire plus de la même chose ou juste d’améliorer ce que nous faisons, il est essentiel de faire autrement. Nous sommes appelés à une profonde transformation. Et si nous laissions l’écoute être notre guide ? Mais pas n’importe quel type d’écoute, une écoute profonde, attentive, avec l’esprit et le cœur ouvert. Une écoute qui ose lâcher le connu pour percevoir le nouveau qui émerge et le fait advenir. Cette qualité d’écoute demande de la curiosité, de l’ouverture aux autres et du courage. Elle mobilise et stimule notre intelligence globale :  intellectuelle, relationnelle, émotionnelle, corporelle et créative. Osons la déployer ensemble, nous vous accompagnons.

 

Qu’est-ce que l’écoute profonde ? En quoi est-elle vecteur de transformations ?

L’écoute profonde est une antenne, un grand capteur de faits concrets, de ressentis physiques, émotionnels, d’éléments internes et externes à notre environnement. Elle permet de recueillir des informations sur le passé, le présent mais aussi (ce qui peut être surprenant) sur le futur, sur ce qui est en devenir. Elle stimule notre intuition.

Dans un monde, incertain, complexe, agir de manière analytique (analyse du problème, de ses causes et trouver des solutions qui en découlent) en appréhendant le futur comme l’extension du passé est insuffisant. Sans changer notre manière de percevoir, d’écouter, nous ne ferons que répéter le passé.  Comme disait Einstein, « On ne peut pas résoudre un problème avec le même mode de pensée que celui qui a généré le problème. »

Ecouter en profondeur permet d’accéder à une intelligence au-delà de notre mental, à une intelligence globale qui est nécessaire pour résoudre les enjeux d’aujourd’hui.

Otto Scharmer (Enseignant chercheur au MIT et consultant) témoigne : « changer son mode d’écoute est une révolution ». Le fait de changer notre façon de prêter attention, aussi infime que ce geste puisse paraitre, agit sur notre expérience des relations et du monde. En changeant cette expérience, nous changeons le tout. En effet, la qualité des résultats que nous créons, est fonction de la qualité de présence, d’attention et de conscience avec laquelle les participants du système opèrent.

 

Comment la développer pour vivre les transformations nécessaires pour répondre aux enjeux d’aujourd’hui ?

 Il existe 4 niveaux d’écoute. Plus le niveau d’écoute est élevé, plus les transformations systémiques sont profondes.

  • Niveau 1 : l’écoute automatique qui se centre sur ce que nous savons déjà, qui capte ce qui est déjà dans notre cadre de référence, ce qui va le renforcer
  • Niveau 2 : l’écoute factuelle qui permet de suspendre nos présupposés et nos habitudes de pensée pour entendre ce que nous ne connaissons pas, ce qui est nouveau, différent, contradictoire
  • Niveau 3 : l’écoute empathique qui permet de nous mettre à la place des autres, de nous voir à travers leur regard. Cette écoute nous permet de nous sentir faire partie intégrante de notre système et non comme observateur, ce qui nous amène à nous sentir co-responsable du système et donc acteur de sa transformation
  • Niveau 4 : L’écoute générative encore plus large, qui ouvre au-delà des autres, au-delà de nous et qui nous connecte à notre potentiel futur. Dans ces moments, nous sommes dans ce qui est appelé « l’état de flow ». Nous ne pouvons pas forcer l’émergence, nous ne pouvons qu’en favoriser les conditions. Il s’agit d’être vraiment présent et de tenir l’espace pour accueillir.

Plus la situation est complexe, inédite plus les niveaux d’écoute élevés sont nécessaires pour trouver de nouvelles solutions créatives ;

Il existe 3 leviers pour développer notre qualité d’écoute :

  • développer notre curiosité avec notre esprit ouvert pour sortir de nos jugements, nos croyances, notre vison biaisée qui empêche d’avoir une vision systémique des situations
  • développer notre empathie, pour pouvoir nous mettre à la place des autres, pour voir avec un autre regard et sortir de la vision ‘nous contre eux’ qui empêche de se remettre en question et de se sentir co-responsables des situations
  • notre courage pour traverser nos peurs et accepter de lâcher prise et vivre le vide fertile. En laissant ce qui n’a plus raison d’être (croyances, idées, comportements, « vieux soi »,…), nous pouvons alors laisser émerger ce qui est en devenir et le développer.

Plus nous développons notre niveau de conscience dans ce que nous visons, plus nous pouvons poser des actes justes qui enclenchent nos transformations.

 

Quelles pratiques utiliser ?

La théorie U d’Otto Scharmer et de nombreux autres outils complémentaires permettent de travailler sur cette qualité d’écoute et de présence.

Ils ont tous en commun l’utilisation et la stimulation de tous nos sens et le développement de notre intelligence globale en permettant d’agir en réconciliant l’utilisation de notre tête, de notre cœur et de notre corps. Ces 2 derniers éléments étant malheureusement sous utilisés à notre époque dans nos organisations.

C’est cette qualité d’écoute en se réappropriant ces 3 niveaux : tête, cœur, corps qui permettront aux transformations de s’opérer qui fera la différence. Le savoir intellectuel n’est, en effet plus suffisant pour résoudre des problématiques complexes.

 

Venez expérimenter et pratiquer l’écoute profonde: le seul moyen pour la déployer

L’écoute fait partie intégrante de notre quotidien.  Ceci n’est pas quelque chose à faire en plus mais autrement avec plus d’attention, plus de présence. Nous vous proposons de l’expérimenter en définissant ensemble le format le plus adapté et le plus opérationnel à votre contexte :

  • conférence
  • ateliers ½ journée
  • interventions au sein de vos réunions pour utiliser cette qualité d’écoute
  • séminaires d’équipe, séminaire de management

Contact : TDS Consulting Joanne Chimoul 06 50 46 89 45.

Témoignages 

« Depuis notre séminaire sur l’écoute, nous sentons que nos échanges et intéractions sont passées au cran supérieur. Nous nous sommes toujours appréciés mais avec le stress, les réunions CODIR devenaient tendues. Avec cette attention sur l’écoute, nos ressentis et le travail d’émergence, c’est beaucoup plus fluide et détendu. Nous avons nos cymbales pour nous rappeler à l’ordre quand on voit que l’on dérape. »

« Je prends conscience qu’après certaines réunions, j’étais épuisée et pour d’autres rechargée. Avec le recul, je me rends compte que c’est la qualité d’écoute qui faisait la différence. »

« Je me rends compte qu’en faisant attention à ma qualité de présence et d’écoute, je me mets maintenant beaucoup plus à la place de l’autre et cela devient plus simple pour interagir et co-construire. »

« Le silence, vaste sujet, quelle puissance ! Quand j’ose le proposer dans les réunions dans lesquelles je travaille, cela a un vrai impact. Le tout est d’oser… »

« Je travaillais avec mon directeur financier et nous étions bloqués sur un sujet. Nous avons alors décidé d’aller s’aérer dans le parc en face de notre entreprise pour faire notre réunion à travers une marche dialoguée (exercice que l’on avait testé lors de notre séminaire sur l’écoute). Après avoir partagé sur le sujet tout en marchant, avec des moments de silence, les idées sont arrivées au fur et à mesure sans forcer. En plus, nous avons fini notre réunion détendus et ressourcés. Superbe expérience. »

id, elit. pulvinar commodo dapibus leo eget dolor. dolor neque.